Louer un voilier dans le sud de la Corse ?

Louer un voilier dans le sud de la Corse ?

Le sud de la Corse, et plus précisément la zone entre Bonifacio et Porto Vecchio, est la véritable star du tourisme sur l’île. C’est aussi le cas pour les plaisanciers dont la majorité rêve de naviguer face aux falaises blanches de la ville la plus méridionale de France.
Mais est-ce une bonne idée ? Voici quelques réflexions qui n’engagent que l’auteur de ces lignes.

Pourquoi naviguer dans l’extrême sud ?

Ce triangle d’or attire chaque année des milliers de navires. Et cela n’est bien sûr pas un simple hasard. Naviguer autour des villes de Bonifacio, Porto Vecchio et les îles Lavezzi reste un plaisir que tous veulent partager. Cette tendance est d’ailleurs confirmée par les études réalisées par certains sites spécialisés dans la location de voilier en Corse entre particuliers.
Il est à noter que ces “spots” sont pourtant très différents.

Porto Vecchio et ses plages “people”

Choisir de louer ou de naviguer dans la région de la cité du sel, c’est prendre l’option plutôt plages – mouillages et fiesta. Les plages du sud de la ville sont effectivement superbes. Les noms évoquent pour tous de belles criques, des pins, du sable blanc. Palombaggia, Santa Giulia, Rondinara au sud, mais aussi Saint Cyprien, Cala Rossa, San Benedettu ou même Pinarello au nord…autant de superbes lieux à découvrir en plaçant le bateau au mouillage pour profiter au mieux des animations à terre.

Louer à Bonifacio, option plus sportive.

La ville est perchée sur les falaises blanches, et offre un port unique en méditerranée, comparable à un fjord islandais. De ce fait, peu de plages et de mouillages abrités s’offrent aux voiliers. Quelques lieux connus comme Piantarella ( mouillage normalement très réglementé) Santa Manza ou Balistra permettent de s’abriter des violents coups de vent ( voir plus bas) . Opter pour la location à Bonifacio, c’est donc choisir une pratique plus sportive, plus marine, avec beaucoup plus de temps passer sur le bateau….et c’est très bien aussi.

Les îles Lavezzi

Ce chapelet d’îles appelées les Lavezzi sont toutes classées dans la réserve naturelle des Bouches de Bonifacio. De ce fait, la plaisance et surtout le mouillage dans la zone y sont très réglementés. L’île de Cavallo est la seule habitée mais l’accès y est là encore très surveillé, mais pas pour les mêmes raisons environnementales.  Ce coin de rêve est souvent comparé aux Seychelles pour ses gros blocs de granite gris qui plonge dans une mer aux couleurs incroyables. La zone est effectivement magique. Elle attire donc de nombreux bateaux. Les skippers professionnels connaissent les meilleurs mouillages et les occupent le plus possible. Cela créé donc quelques zones “surpeuplées” l’été.
Attention tout de même, cette zone devient beaucoup moins idyllique lorsque le vent se met à souffler.

Pourquoi ne pas opter pour une location dans le sud ?

Rester à quai

Selon moi, le Sud de la Corse n’est pas forcément une zone adaptée à la location de voiliers ou de catamarans, ou du moins ce n’est pas pour tout le monde. Le vent souffle dans cette zone près de 300 jours par an ! Et même si vous cherchez un peu de vent pour naviguer à la voile ( nous sommes fans nous aussi) il y a quand même pas mal de “chance” que vous restiez plusieurs à quai dans l’un des 2 ports, ou au mouillage à l’abri.

L’option catamaran

Autre point important, si vous êtes attiré par les catamarans, le port de Bonifacio n’est pas le plus simple à manœuvrer, surtout si le vent (toujours lui) est présent. Dans le cas précis des multicoque, nous vous conseillons vraiment d’opter pour une autre zone de départ d’autant que vous trouverez plus de choix dans les autres zones de l’île ( cliquez ici pour louer un catamaran en Corse ).

Moins de liberté

Enfin, le fait de louer à Bonifacio ou Porto Vecchio permet certes de réduire la durée du trajet pour rejoindre le sud, mais vous “condamne” presque à rester dans le sud toute la semaine de location. Louer à une extrémité de l’île oriente déjà très fortement votre futur itinéraire.

Le sud malgré tout.

Mais si la météo est avec vous, il faut reconnaitre que cette zone est vraiment superbe à naviguer, en poussant par exemple plus au sud vers la Sardaigne, ou en choisissant de remonter un peu vers le nord ouest et les côtes sauvages entre Roccapina et Tizzano.
Louer un voilier dans le Sud de la Corse n’est donc pas sans conséquences, mais cela rajoute un peu à l’aventure non ?

Le port de Porto Pollo

Le port de Porto Pollo

Porto Pollo est un petit village appartenant à la commune de Serra di Ferro sur la côte ouest.
Tous les habitués de la plaisance en Corse connaissent parfaitement cette zone pour son port de plaisance Jean Tomi, l’abri naturel que représente la baie, protégée du vent de nord ouest et de la houle, mais aussi pour le côté plaisant de la station balnéaire.

Le Port Jean Tomi

L’emplacement de ce port est indiqué sur les carte dès le XVI°siècle sous le nom de  “Porti-Pulo”, déjà reconnu pour son abri naturel par les pêcheurs et marins.
Aujourd’hui port de plaisance reconnu, le port actuel est dans une phase d’améliorations régulières.
Dans sa configuration actuelle, il permet d’accueillir une centaine de bateaux mais les nouveaux quais en attente permettront d’augmenter la capacité d’accueil dans le port.

Deux zones de mouillage organisé

La commune a mis en place dans la baie un système de mouillage organisé afin de répondre aux nombreuses demandes estivales. Deux zones face aux plages de Porto-Pollo et du Taravo permettent d’accueillir près de 170 bateaux supplémentaires, mais aussi des unités plus grandes que celles accueillies dans par les digues du port.
Soucieux d’être un port “propre” l’équipe du Port Jean Tomi à mis en place des conteneurs flottants, traités tous les jours, afin de lutter contre la pollution des déchets domestiques.
Ces mouillages organisés permettent aussi de lutter contre les ancres sauvages et les dégâts provoqués par les chaines, ancres etc…

Découvrir Porto Pollo

Porto Pollo est donc le bord de mer de la commune de Serra di Ferro. cette belle commune de Corse du Sud fait partie de la grande région du Taravo. Elle compte, en plus de cette station balnéaire, la très belle plage de Cupabia, mouillage très agréable en absence de courant d’ouest.
Comme vu plus haut, 2 zones de mouillage sont possible dont une devant le village. Elle est très agréable pour profiter d’une ou deux journée à terre.
Malgré la petite taille de la station balnéaire, il y a pas mal de choses à faire dans la micro-région comme le liste ce site d’hôtel à Porto Pollo .
La commune est aussi très engagé dans la protection de l’environnement, consciente de la chance de profiter d’une zone encore si protégée.

Où dormir à Porto Pollo ?

La station balnéaire compte 4 hôtels, des locations, des résidences de vacances et bien sûr des campings ( liste sur le site de la commune) .
Lors de notre dernière escale, nous avons choisi de ne pas rester à bord du voilier pour des raisons liées à l’équipage du jour.
Nous voulions alors profiter de l’occasion pour essayer un hôtel dont on nous avait parlé plusieurs fois pour son charme atypique et son engagement en temps qu’établissement éco-responsable.
Il s’agit de l’hotel Casa Murina à Porto Pollo. Il est situé légèrement sur les hauteurs du port et permet une très jolie vue sur le bateau au mouillage. Nous y avons passé une excellente nuit en profitant d’une chambre familiale pour dormir en famille mais sans sacrifier confort et intimité. Le petit déjeuner le matin fut un grand moment, face à la mer enfin calmée. les produits servis sont tous issus de l’agriculture bio locale et si possible en circuit court ! A refaire pendant 2 ou 3 nuits pour découvrir la région.
Les ports d’Ajaccio

Les ports d’Ajaccio

La ville d’Ajaccio est sans conteste la Capitale de la plaisance pour la côte ouest de l’île.
Cette grande ville de 60000 habitants est installée depuis 1492 ( date de création de la citadelle génoise) au fond d’un large golfe réputé pour la possibilité de s’y abriter pour les marins.
C’est ainsi que les génois ont décidé d’y installer leur base principale, délaissant les zones de Sagone et Cargèse.

Aujourd’hui, il n’est donc pas étonnant de retrouver les mêmes avantages mis en avant par tous les loueurs de voiliers installés dans la cité impériale. Le fait que le golfe d’Ajaccio soit profond et bien fermé permet d’éviter les grosses journées de vent que l’on rencontre dans des zones comme Bonifacio, le Cap Corse ou la Revelatta en Balagne. Ainsi les jours de navigation sont bien plus nombreux en partant depuis la capitale de la Corse du Sud que de n’importe quel autres ports de plaisance insulaires.

Plusieurs ports disponibles

Ajaccio propose donc un vaste espace pour permettre de récupérer son voilier.
Entre le port Tino Rossi et le Port Charles Ornano, il faut noter aussi le vaste port de Commerce qui permet d’accueillir les ferry reliant la Corse au continent mais aussi les très nombreux bateaux de croisières où les grosses unités ( motor yacht comme voiliers prestigieux).
Le quai Brancaleoni fait le lien avec le port Tino Rossi.

Le Port Tino Rossi

Baptisé ainsi en hommage au célèbre chanteur ajaccien, le port Tino Rossi est plutôt appelé ” vieux port” par les habitants de la ville. C’est en effet le plus ancien, créé à l’abri de la citadelle et longtemps occupé uniquement par les pêcheurs.
Aujourd’hui ,la cohabitation entre les pointus de pêche , les voiliers des agences de location et les bateaux de particuliers est cordiale. Elle apporte même une touche humaine et purement méditerranéenne a ce lieu en plein centre ville. C’est d’ailleurs devenu un lieu de promenade des plus agréables, avec de très beaux restaurants et bar-glaciers, à deux pas du marché.

Le port Tino Rossi  c’est aujourd’hui 300 places de port dont la moitié non-fixe, c’est à dire destinée aux bateaux de passage ( taille en 5 et 10 m). Le site du port annonce 5000 escales par an pour 30 000 plaisanciers.
Le port dispose de sa propre capitainerie toute neuve, et d’installations modernes ( douches et sanitaires). De plus, dans l’espace consacré aux loueurs, on retrouve aussi des bar-restaurants, des réparateurs, de l’accastillage etc…

Contacts : 
Tél. : 04 95 51 22 72 – 04 95 51 55 43
Site web : http://www.port-ajaccio.com/

Le port de plaisance Charles Ornano

C’est le plus vaste des 2, avec plus de 800 places possibles.  Mais c’est aussi celui qui reçoit le plus de bateaux à l’année. Ainsi seules 200 places sont disponibles pour les voiliers de passage. Le port offre aussi des places extérieures (coffres) et de nombreux voiliers ont pris l’habitude de mouiller juste à l’extérieur des installations (attention toutefois, cela peut-être admis mais ce n’est pas légal, il y a des cas de verbalisation par les affaires maritimes).
C’est le port le plus proche de l’aéroport, pratique pour un départ en croisière rapide. Un super marché juste en face pour l’avitaillement et tous les commerces possibles sur la marina ( restaurant, bar, club, loueurs, accastillage, laverie, presse…)

Contacts :
Tél. : 04 95 22 31 98
Fax : 04 95 20 98 08

Infos complémentaires :

Les deux ports permettent le ravitaillement en carburant mais les accès ne sont pas les plus aisés.
Enfin, il est important de noter que les 2 ports peuvent être réserver en ligne via l’outil Resa Port Corse : https://www.resaportcorse.com/

Les compagnies maritimes entre la Corse et le continent.

Les compagnies maritimes entre la Corse et le continent.

On a beau se préparer à passer une semaine de croisière en voilier en Corse, on peut tout de même avoir envie de faire la traversée vers l’île en car ferry.
C’est d’autant plus vrai si vous souhaitez prolonger le séjour à terre, un véhicule étant totalement indispensable pour bine profiter des charmes de l’île.
Pour rejoindre la terre ferme, il vous faudra donc emprunter l’une des compagnies maritimes qui réalisent quotidiennement des rotations entre les ports français, italiens et corses.

Les forces en présence

Pendant longtemps, l’immense majorité des voyageurs ne se posaient pas la question : la SNCM était la compagnie “historique”. Mais l’avènement de la Corsica Ferries, modèle lowcost très améliorer et les conflits sociaux sans fins ont mis un terme a cette domination. Aujourd’hui, ce sont les “bateaux jaunes” qui s’accapare la plus grande part du marché.
Avec des liaisons depuis Nice, Toulon et l’Italie, la compagnie créée par le bastiais Mr Lhotta est aujourd’hui archi dominatrice.
Pourtant, même au plus fort de la tempête, la compagnie Méridionale a tenu la barre, en collaboration avec la moribonde SNCM. Elle a su trouver sa place dans un modèle proche des clients, avec plus de services dans des cargos mixtes parfaitement adaptés aux traversées Corse – Continent.
Depuis 2016, la SNCM n’existe plus et c’est un consortium d’entrepreneurs corses qui a repris l’exploitation de la ligne Marseille-Corse. La compagnie s’appelle Corsica Linea et elle semble très bien née. Le service a bord est le point primordial des nouveaux propriétaires, décidés à œuvrer au service de l’île plutôt que de sa lancer dans une guerre tarifaire au détriment des prestations.
Il existe aussi depuis des années la compagnie Moby, qui permet de relier l’Italie avec Bastia.
Enfin, il ne faut pas oublier que l’on peut rejoindre la Corse depuis la Sardaigne. Le plus simple étant la “courte” ligne entre Bonifacio et Santa Teresa, mais aussi accessible entre Porto Torres et la Corse.

Alors comment choisir ?

Il vous faudra absolument passer du temps sur les différents sites internet. Mais pour faire simple, concentrez vous sur les sites de la Corsica Ferries et Corsica Linea.
Comparez bien en détail toutes les offres, sans vous arrêter aux premiers prix affichés. Comparez aussi de façon réelle, les mêmes types de cabines, de voitures embarquées, de prestations a bord etc.
Globalement, il ressort que la Corsica Ferries est souvent un peu moins chère que ses concurrentes Corsica Linea/Meridionale ( sur le même site) mais selon les dates, cela peut s’inverser.
Tenez aussi compte du port de départ, Marseille étant le mieux desservi pour la majorité des touristes français. Personnellement, depuis quelques mois, nous avons plus souvent opté pour la nouvelle compagnie Corsica Linea et son service très supérieur. Exception faite pour les derniers billets achetés, la différence de prix était dans ce cas là trop importante.

Les sites des différentes compagnies

 

Appebike, une solution écolo et branchée pour découvrir la Corse

Appebike, une solution écolo et branchée pour découvrir la Corse

Récemment, lors d’une escale à Ajaccio, nous avions regretté de ne pas pouvoir proposer aux personnes à bord un service de vélo à la location pour découvrir la ville.
Certes il est possible de louer une moto ou un scooter mais rien de facilement accessible et non polluant. En racontant cela à d’autres skyper, nous avons échangé des informations sur une solution nouvelle sur l’île mais qui révolutionne déjà le concept de la location de vélo en Corse : Appebike

Appebike ou happy bike.

AppeBike est une start-up ajaccienne qui a mis en place un réseau de location de vélo électrique, un peu partout en Corse. En cela, il ne s’agit pas encore forcément d’une grande innovation. Là où le projet devient super intéressant, c’est le fait que l’on trouve ces vélos en libre service et que l’on peut les louer très facilement à l’aide de son téléphone portable !
Grâce à une application très simple et intuitive, il est possible de débloquer le cadenas du vélo avec son smartphone et de partir pour une heure ou une journée à la découverte de la Corse.

Découvrir la Corse en vélo et avec son téléphone.

Mais l’application n’est pas qu’une simple clé virtuelle. Certes elle permet de payer la location, de valider l’état des lieux, de communiquer avec les équipes en Corse etc…Mais l’application comme le site internet regorge d’informations permettant de transformer la location en une véritable journée de découverte. A partir de tous les points de location, il est proposé des itinéraires géolocalisés permettant de s’orienter, choisir la bonne route et aller plus loin que les itinéraires classiques. En faisant quelques recherches sur internet nous avons découvert des témoignages d’utilisateurs ayant parcouru des distances impressionnantes sur les vélos Appebike. Il ne faut pas oublier qu’il s’agit de vélo à assistance électrique, donnés pour une autonomie de 120 km ! Cela veut dire ( en traduisant un peu) que l’on peut utiliser l’assistance pendant plus de 80 à 90 km et ainsi réduire très sensiblement les efforts que peu apprécient sur un vélo.

Une aubaine pour les plaisanciers

Les vélos sont aujourd’hui disponibles dans de nombreux hôtels, un peu partout en Corse, mais aussi dans des offices du tourisme et bientôt j’espère dans des ports en Corse. C’est une vraie bonne nouvelle pour tous les plaisanciers ou skipper en Corse. Imaginez le nombre d’heures passées à quai, en attendant que la météo s’améliore, que la houle baisse, que les clients arrivent etc… Il serait alors possible de s’évader quelques heures de la zone du port et d’aller découvrir facilement d’autres coins de la zone, comme l’intérieur de l’île depuis Porto Vecchio par exemple, les Calanche de Piana depuis Cargèse ou les vieux villages de Balagne depuis Calvi. Mais pensez aussi au temps gagné pour se déplacer sans polluer ( Vélo électrique….) dans des villes comme Ajaccio ou Bonifacio, et comme nous, vous aurez très envie de tester ce nouveau concept 100 % corse.
Une excellente initiative à suivre absolument.

Plus d’infos :

Pour en savoir plus, il vous suffit de rejoindre la communauté sur le site http://appebike.com/fr/ ou de télécharger l’application sur Android et IOS.
Vous pouvez aussi joindre les créateurs du concept et les équipes par téléphone : 04.95.24.22.03

 

Pin It on Pinterest